médecins et médecine ripoux de chez ripou

« Le système est complètement pourri, les laboratoires pharmaceutiques achètent tout le monde »
Tout en travaillant pour Eli Lilly, John Virapen engagée dans le développement de stratégies de marketing agressives, qui comprenait à la corruption massive dans plus d’une occasion. Il a participé à la distribution de médicaments résolue, qui provoquent des effets secondaires énormes et dangereuses comme la mort du patient. Les sociétés pharmaceutiques investissent la somme considérable de 35 000 euros par an et le médecin pour obtenir les médecins à prescrire leurs produits. John Virapen dit que plus de 75 pour cent des scientifiques de premier plan dans le domaine de la médecine sont payés par l’industrie pharmaceutique. Dans certains cas, la corruption régnait dans l’approbation et la commercialisation des médicaments. John Virapen écrit que les maladies sont constitués par l’industrie pharmaceutique et en particulier commercialisés pour améliorer les ventes et les parts de marché pour les entreprises en question. Les compagnies pharmaceutiques ciblent de plus en plus les enfants.
Le véritable danger vient de 5 % d’entre eux, baptisés leaders d’opinion clé, achetés et inféodés à l’industrie, à coup de contrats personnels, déclarés ou non, d’enveloppes en liquide, en général à l’étranger, et qui atteignent de 20.000 à 500.000 € par an ou plus, selon l’importance des marchés qu’ils assurent à l’industrie dans leur pays. Ils la servent à toutes les étapes du parcours d’un médicament nouveau. Ils cosignent les yeux fermés les articles rédigés par les firmes, les présentent dans les congrès qu’elles financent, déterminent la position des sociétés savantes qui, financièrement, dépendent à 90 % de l’industrie, et sont toujours choisis, à cause de la notoriété médiatique que leur assurent les firmes, comme experts par les agences d’État, imposant ainsi les autorisations de commercialisation (AMM), empêchant les retraits du marché, assurant le remboursement maximal des médicaments et déterminant les recommandations officielles des agences, de telle sorte qu’en pratique, à travers eux, c’est l’industrie qui tient elle-même la plume des médecins prescripteurs.
Le Dr Jerome Kassirer propose un regard inquiétant sur les pots-de-vin que des médecins acceptent des géants de l’industrie pharmaceutique et d’autres fournisseurs. II fait valoir que les milliards déversés par l’industrie ont détraqué la boussole morale de plusieurs médecins, et que ces combines ont miné la qualité des soins que nous prodiguent au jour le jour les médecins et les institutions qui avaient toute notre confiance. Bourré de véritables histoires d’horreurs, ce livre met en lumière les manigances financières entre les grosses compagnies qui fabriquent les médicaments et les médecins qui les prescrivent.
Que rapporte un essai clinique aux médecins :« Le cancer, un moyen de gagner de l’argent » chimiothérapie : chaque malade inclus rapporte 7.000 € antidépresseurs : 12 300 euros pour chaque malade suivi (soit 193000 euros)
Laboratoires pharmaceutiques : je rémunérais des médecins pour vendre des médicaments Rémunération d’experts, mise sous silence des effets secondaires de certains médicaments… Dans son livre « Omerta dans les labos pharmaceutiques« , le médecin Bernard Dalbergue raconte les manipulations dont il a été témoin pour faire passer en force des médicaments. Il dénonce un système aux dérives abjectes, et parfois mortelles.
« liens financiers qui placent toujours les psychiatres en tête des médecins les plus payés pour faire marcher le commerce »… « En deuxième position des plus corrompus arrivent les médecins spécialisés dans le traitement des affections cardio-vasculaires. Deux d’entre eux se distinguent pour avoir reçu la coquette somme de 312.000 dollars »Tout en travaillant pour Eli Lilly, John Virapen engagée dans le développement de stratégies de marketing agressives, qui comprenait à la corruption massive dans plus d’une occasion. Il a participé à la distribution de médicaments résolue, qui provoquent des effets secondaires énormes et dangereuses comme la mort du patient. Les sociétés pharmaceutiques investissent la somme considérable de 35 000 euros par an et le médecin pour obtenir les médecins à prescrire leurs produits. John Virapen dit que plus de 75 pour cent des scientifiques de premier plan dans le domaine de la médecine sont payés par l’industrie pharmaceutique. Dans certains cas, la corruption régnait dans l’approbation et la commercialisation des médicaments. John Virapen écrit que les maladies sont constitués par l’industrie pharmaceutique et en particulier commercialisés pour améliorer les ventes et les parts de marché pour les entreprises en question. Les compagnies pharmaceutiques ciblent de plus en plus les enfants.
De nombreux universitaires et leaders d’opinion de la communauté sont payés des sommes importantes pour les produits de l’industrie du marché en devenant membres de bureaux de conférenciers, en élaborant du matériel de marketing déguisés en information scolaire, par les articles signataires écrites par nègres, et en favorisant l’utilisation hors AMM de produits. Ces activités peuvent bénéficier les actionnaires des entreprises, mais ils n’ont pas bénéfique pour les patients, et parce que les produits promus sont généralement le plus récent et le plus cher, ils gonfler le coût des soins.
Nous savons tous que les médecins acceptent des dons de compagnies pharmaceutiques, allant des stylos et des tasses de café a des vacances gratuites dans les stations de luxe. Mais comme l’ancien rédacteur en chef du New England Journal of Medicine révèle dans cette choquant expose, ces dons anodins en apparence ne sont que la partie émergée d’un iceberg qui déforme la pratique de la médecine et qui mettent en péril la santé de millions d’Américains d’aujourd’hui .
Les dessous de l’industrie pharmaceutique
J’accuse : le Pr. François Bernard Michel, le Pr. Godard et l’association Asthme et allergies de ne servir que les intérêts financiers des grands laboratoires pharmaceutiques
liste et liens
L’industrie pharmaceutique reverse chaque année 57 milliard de dollars au « Top Médecins » afin qu’ils influencent leur collègues (page 127)
Médicaments meurtriers et crime organisé. Comment Big Pharma a corrompu la Santé :Corruption systématique L’essentiel de l’ouvrage de Peter est consacré à la mise en valeur du fait que l’industrie pharmaceutique a systématiquement corrompu la science en amplifiant les bénéfices et en minimisant les méfaits de ses médicaments. En tant qu’épidémiologiste, ses énormes connaissances et sa passion du détail qui en ont fait un leader mondial dans la critique des études cliniques, Peter est ici sur un terrain très solide. Son nom s’ajoute à celui de nombreux autres, y compris d’anciens éditeurs du New England Journal of Medicine qui ont dénoncé cette corruption. Il montre aussi comment l’industrie a acheté des médecins, des universitaires, des revues, des organismes professionnels, des associations de patients, des départements universitaires, des journalistes, des organismes de régulation, et des politiciens. Ce sont les méthodes mêmes de la mafia. Le livre ne permet pas aux médecins ni aux universitaires d’éviter le blâme. En effet, on pourrait faire valoir que les compagnies pharmaceutiques font ce qu’on attend d’elles pour maximaliser les rendements financiers des actionnaires, mais les médecins et les universitaires sont censés avoir une vocation plus élevée. Les lois qui obligent les entreprises à déclarer les sommes qu’elles payent aux médecins montrent que de très nombreux médecins sont redevables à l’industrie du médicament, et que beaucoup reçoivent des sommes d’argent pour conseiller les entreprises ou pour donner des conférences en leur nom. Il est difficile d’échapper à la conclusion que ces « leaders d’opinion » sont achetés. Ce sont les « mercenaires » de l’industrie. Et comme avec la mafia, malheur à quiconque dénonce ou apporte des preuves qui ne sont pas favorables à l’industrie. ….Il n’est donc pas tout à fait fantaisiste de comparer l’industrie du médicament à la mafia
Rapport mondiale sur la corruption dans la santé : Aucun pays n’est épargné par la gangrène qui vérole le secteur de la santé Et cela, à des niveaux divers, selon le degré de contrôle des réseaux de soins, de distribution des produits pharmaceutiques ou d’assurances maladie, mais toujours au mépris des patients et des contribuables qui financent les services publics télécharger le rapport
Le professeur Ollier de Sainte-Anne est interrogé sur Europe 1 et, sans aucune Déclaration Personnelle d’Intérêt (DPI), DPI qui montrerait, si elle était sincère, des liens avec des molécules qu’il prescrit tous les jours, enfile les perles des contre-vérités, voir ICI, notamment sur l »efficacité des molécules. »
GSK n’est pas seulement le fabricant du produit mais également le sponsor d’une association de parlementaires présidée par … Gérard Bapt (député PS mais également cardiologue).
Servier a financé des activités promues par Philipe Douste-Blazy, cardiologue : En 1993, 85 000 francs pour un projet sur les « infarctus du myocarde de Haute-Garonne », 300 000 francs en 1998 pour le FC Lourdes,
Le nouveau directeur de la Haute Autorité de Santé, le professeur Jean-Luc Harousseau, hématologue et ancien président du Conseil régional des Pays de la Loire s’est fait rattraper par un conflit d’intérêt de 10 millions d’euros.
L’industrie doit fabriquer des leaders d’opinion pour imposer sa molécule. Il lui faut des hommes-sandwichs pour porter la bonne parole en France, troisième marché mondial après les Etats-Unis et le Japon. Les noms de ces médecins apparaissent comme cosignataires dans des articles collectifs dictés par les firmes, où l’on compte jusqu’à 30 auteurs de pays différents. Il ne s’agit pas d’un véritable travail de chercheur. Prenez le cardiologue parisien Philippe Gabriel Steg, qui détient le record du nombre d’articles publiés, 369 au cours des dix dernières années. Un article sérieux, c’est une année de travail. Lui publie tous les dix jours en moyenne!
Ce mois-ci, plusieurs articles dénoncent un pas supplémentaire dans le refus de la transparence quant à l’influence des intérêts pharmaceutiques privés sur les décisions
Parmi les accusés figure le Dr Joseph Biederman, un célèbre pédopsychiatre de Harvard, dont la déclaration incomplète a passé sous silence plus d’un million de dollars reçus des firmes pharmaceutiques pour ses activités de consultant
Une récente enquête du Sénat américain a mis en évidence un scandale éthique concernant d’éminents psychiatres universitaires impliqués dans les recherches cliniques sur l’efficacité des médicaments psychiatriques. Ces médecins ont omis de mentionner les millions de dollars qu’ils ont reçu des firmes pharmaceutiques commercialisant ces médicaments
Dominique Versini, actuelle « Défenseure des enfants », prompte à militer pour l’entrée de plus de psychiatres et psychologues dans les écoles, dans les centres éducatifs fermés (1), etc., mais surtout ancienne Directrice internationale de la communication chez Servier, le médiatique laboratoire dont on a beaucoup parlé avec l’affaire du Médiator
le député Michel Zumkeller, qui dans son propre rapport « sur la prise en charge sanitaire, psychologique et psychiatrique des personnes mineures », fait la promotion d’expérimentations dans le sens d’une systématisation des « soins » psychiatriques pour les enfants difficiles dans les centres éducatifs fermés. Bien entendu ces « soins psychiatriques  » dès l’enfance sont une manne pour l’industrie pharmaceutique qui fabrique les antidépresseurs et antipsychotiques, puisque les traitements, quand ils sont commencés, ne peuvent plus s’interrompre et sont parfois pris à vie…
docteur Irene Kahn Bensaude, Présidente de la section santé publique du Conseil national de l’ordre des médecins, grande défenseure de la psychiatrie et de l’augmentation du nombre de psychiatres dans le pays et le psychiatre
Le sénateur Nicolas About(centre)…ce sénateur n’est autre que l’ancien directeur des relations médicales aux Laboratoires Servier de 1981 à 1985, puis responsable de communication médicale dans le groupe Sanofi en 1988.
Daniel Carlat passer dans le camp des anti-corruption et dénonciateurs des combines par lesquelles les firmes influencent les médecins et en font des pantins du marketing.
La majorité des auteurs du DSM-IV (le DSM V est en préparation) ont des liens financiers non déclarés avec les laboratoires pharmaceutiques… Et le Washington Post de révéler que certains instructeurs (médecins réputés payés par les firmes pour vanter les mérites de leurs médicaments et inciter leurs collègues à les prescrire) sont financés par au moins 12 laboratoires en même temps
liens (financiers et autres) inextricables qui existent entre psychiatrie et industrie pharmaceutique
docteur sauveur Boukris s’est pris de passion pour le vaccin contre l’hépatite B. En décembre 1993, il a organisé au Palais des Congrès de Paris le premier ‘ forum de médecine de l’adolescence ‘ qui traitait des dangers de l’hépatite B. Les experts français les plus réputés se sont bousculés pour intervenir dans ce colloque sponsorisé par les laboratoires SKB Sauveur Boukris prend du galon et devient incontournable. Il travaille avec Pasteur-Mérieux, l’autre fabricant, et organise une campagne Or, une simple vérification sur le Minitel suffisait pour découvrir que le gérant de la SGCM était Ichoua Boukris, l’autre prénom de Sauveur…Un dépliant publicitaire destiné à favoriser la consommation de neuroleptiques et sponsorisé par un laboratoire spécialisé dans ce domaine. Une partie de la campagne législative de DousteBlazy a été payée par les laboratoires Pierre Fabre et le SNIP, dont le président, également patron de SKB, est une relation du secrétaire d’État.
j’ai découvert le docteur Sauveur Boukris, médecin généraliste à Paris, qui écrit des livres que j’avoue n’avoir jamais lus, et dont j’ai pu constater, mais vous verrez sur pièces, qu’il s’agit d’un incompétent total (la validité intrinsèque de ses propos ne dépasse pas le niveau du Cours préparatoire car, objectivement, il ne sait pas lire).
« La collusion criminelle des labos pharma et des gouvernements :Ceci est un coup de masse supplementaire dans la destruction du mur du silence et de la corruption de big pharma et des gouvernements vendus, qui empoisonnent le public depuis des décennies… Ces criminels en blouse et cols blancs doivent être traqués et jugés pour les crimes eugénistes commis passés, présents et a venir »
Des conflits d’intérêts manifestes à la Haute autorité de santé : Jean-Jacques Baldauf, dans sa déclaration de conflits d’intérêts, mentionne qu’il est « investigateur principal » sur le Gardasil pour Sanofi Pasteur ;
sa consœur Brigitte Letombe, outre des missions ponctuelles pour les laboratoires fabricant ce vaccin, signale à la rubrique « autre » de la longue liste des conflits d’intérêts, qu’elle travaille pour la communication de Sanofi depuis janvier 2009.
A l’époque, Xavier Bertrand est interrogé par la mission le 11 avril 2006. Il est alors Ministre de la Santé. Il aura beau jeu de se dédouaner 4 ans et demi plus tard, espérant nous faire croire qu’il n’était au courant de rien.
L’utilisation croissante d’antipsychotiques atypiques pour les jeunes en est un exemple argumente le journal qui montre que l’augmentation des prescriptions de ces médicaments a coïncidé, dans les dernières années, avec une augmentation des paiements faits par des compagnies pharmaceutiques aux psychiatres.
à peine installé, avec l’argent de l’Etat, il passait commande d’un million cinq cent mille doses de vaccins hépatite B (sans aucun appel d’offre) à ce même laboratoire
Merck montre une compagnie dirigée par des assassins, qui s’occupent d’opinion en cherchant à détruire la vie et la carrière des universitaires qui osent dire la vérité sur ses dangereuses spécialités.
…la grande criminalité internationale aussi bien que les fraudeurs de moindre envergure, infirmiers, médecins, administrateurs…
La moitié des experts psychiatres, qui ont participé à la rédaction du plus célèbre manuel de classification diagnostique des maladies mentales, sont payés par l’industrie pharmaceutique.
Biederman a versé 1,6 million de dollars en honoraires de conseil et de langue entre 2000 et 2007.
En fonction du nombre de patients placés sous tel ou tel produit, les praticiens reçoivent des cadeaux.
Non seulement la personne Osterhaus connecter à un réseau international qui a été décrite comme la mafia Pharma, il est le principal conseiller de l’OMS sur la grippe…
Le laboratoire Servier aurait voulu faire taire plusieurs médecins qui ont mené des recherches sur l’Isoméride
Le professeur Abenhaim aurait reçu « des petits cercueils à son domicile », un haut responsable de l’Agence du médicament affirme « avoir été menacé de mort », un journaliste travaillant sur l’Isoméride « a été intimidé par des détectives qui ont enquêtés sur sa vie privée » et une avocate belge qui travaillait pour des victimes américaines « a reçu une photo de sa fille en train de se rendre à l’école ».
En 1948, la spécialité combinée de la « neuropsychiatrie » a été divisée en « neurologie, » traitant les maladies organiques ou physiques du cerveau, et de la « psychiatrie » traitant des problèmes émotifs et comportementaux dans les êtres humains normaux.
L’esprit de tromperie et de fraude qui imprègne la médecine ordinaire
à la seule école de l’industrie pharmaceutique; l’invention de maladies imaginaires pour l’unique profit d’entreprises florissantes; la partialité des experts; le laxisme d’autorités sanitaires bienveillantes; la force d’un lobby mieux organisé que jamais…
Date de parution: 10-1991
Un psychiatre à la solde de GlaxoSmithKline a été condamné à 13 mois de prison après avoir plaidé coupable d’avoir commis une fraude de recherche dans les essais d’antidépresseurs de l’entreprise Paxil aux enfants. Maria Carmen Palazzo purge déjà une peine de 87 mois pour avoir fraudé Medicare et Medicaid
Le laboratoire Merck et «les valises de biftons» pour les médecins l’enregistrement d’une réunion interne qui en dit long sur la vision décomplexée des conflits d’intérêt qui s’exprime encore au sein de certaines firmes pharmaceutiques.
Les psychiatres en tête de file pour les cadeaux de l’industrie pharmaceutique plus les psychiatres ont gagné des compagnies pharmaceutiques, plus ils ont prescrit une nouvelle classe de médicaments puissants, les antipsychotiques atypiques, à des enfants pour qui ces médicaments sont spécialement risqués et ce, le plus souvent hors approbation.
pharmaceutique et psychiatrie ce que je sais aujourd’hui, c’est que ceux qui prétendent lutter contre les dérives sectaires semblent avoir d’autres intérêts à défendre que la sécurité de mes concitoyens et concitoyennes. Des intérêts qui font certainement plus de morts que tous les thérapeutes libres confondus (charlatans compris).
Liens entre l’American Psychiatric Association et l’industrie pharmaceutique En 2006, la dernière année pour laquelle les chiffres sont disponibles, l’industrie du médicament a fourni environ 30% du financement de $62.5 millions de l’organisation.
l’argent de la corruption des médecins. Les psychiatres sont en tête – et les psychotropes aussi « liens financiers qui placent toujours les psychiatres en tête des médecins les plus payés pour faire marcher le commerce »… « En deuxième position des plus corrompus arrivent les médecins spécialisés dans le traitement des affections cardio-vasculaires. Deux d’entre eux se distinguent pour avoir reçu la coquette somme de 312.000 dollars »…Pendant l’année fiscale 2007, 84 firmes ont déclaré avoir payé plus de 3 millions de dollars aux médecins de Vermont pour promouvoir la prescription de leurs médicaments respectifs
Compagnies pharmaceutiques et médecins: une histoire de corruption En Juin, le sénateur Grassley a révélé que les compagnies pharmaceutiques, y compris ceux qui font des médicaments qu’il préconise pour l’enfance trouble bipolaire, avait payé 1,6 million de dollars Biederman dans la consultation et de parler des frais entre 2000 et 2007
Et ce cher, très cher docteur Biedermann a rempli sa mission de promotion du trouble bipolaire chez les enfants, puisque le diagnostic, toujours controversé d’un point de vue scientifique, a augmenté de 40% entre 1994 et 2003
A défaut de patients, le Doc’ Lönngren soignait son avenir…
Quinze des chirurgiens ont obtenu au moins $ 62 millions de la société au cours de la dernière décennie, indique le journal, citant une analyse des documents et des informations sur Medtronic site de la société.Une nouvelle étude publiée dans le Journal Spine a déclaré complications graves telles que le cancer, la stérilité, les infections, la dissolution des os et aggravé dos et de douleurs, est survenue chez 10 à 50 pour cent des patients qui ont été administrés infuser un produit ou soeur dans 13 essais cliniques financés par Medtronic et réalisée par les chirurgiens entre 2000 et 2010, le Wall Street Journal
les sommes considérables versées par les industriels à des médecins « prescripteurs » doté d’une aura importante En 2008, plusieurs articles du « New York Times » rapportaient que l’Association américaine des psychiatres faisait l’objet d’une enquête sur les sommes considérables reçues par ses membres – lesquels omettaient de déclarer ce « détail » lorsqu’ils allaient vanter les mérites de tel ou tel médicament dans le traitement de maladies psychiatriques En mars 2009, le même « New York Times » racontait comment un Professeur de Harvard concevait des études « à la carte » sur des enfants pour donner des résultats positifs au laboratoire dont il testait les médicaments !
Lutte contre la corruption des médecins Une loi du 27 janvier 1993 punit sévèrement les formes déguisées de pots-de-vin que peuvent être les cadeaux, invitations et congrès exotiques offerts par les laboratoires aux médecins. Au nom du respect de la concurrence et de la déontologie
L’appel des 50 médecins généralistes contre la corruption 31-10-2007-Cinquante généralistes écrivent une lettre à Nicolas Sarkozy pour lui demander de lutter contre la corruption du corps médical.
Croatie: 350 médecins soupçonnés de corruption, 30 arrestations L’équipe de direction de la société Farmal et nombre de ses collaborateurs ont été arrêtés sous l’accusation de corruption, a déclaré Rajko Ostojic, qui parle d’une trentaine de personnes.
Aux États-Unis, l’industrie pharmaceutique est devenue la plus grosse source de fraudes organisées… devant l’industrie militaire ! La rançon du succès…
jean-luc Harousseau, nouveau patron de la Haute Autorité de santé, cet ancien président UMP du conseil égional des pays de la loire a touché 205 482 euros en 2008, 2009 et 2010 de la part de laboratoires et il lui a fallu un bon mois, pour tenir la promesse faite à la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale de récapituler l’ensemble des liens d’intérêts qu’il a entretenus avec l’industrie pharmaceutique au cours des trois années écoulées.
vous ne pouvez pas ignorer que l’affaire Cahuzac n’est que la face émergée de l’iceberg et que les rapports incestueux des décideurs sont fort partagés dans le milieu des premiers cercles du pouvoir. Monsieur Cahuzac, loin d’être une exception représente le mode de fonctionnement de nombreux décideurs. Nous vous le démontrerons si nécessaire, mais vous avez surement conscience comme moi qu’une grenade dégoupillée vous menace et qu’il serait plus raisonnable d’aborder tout de suite ce dossier brûlant avant qu’il n’explose. A moins que vous ne le puissiez ?
Ces pots-de-vin auraient été versés sous le nom de «frais à titre de recherche» à 503 médecins et 79 hôpitaux Sanofi avait versé «autour de novembre 2007» des pots-de-vin totalisant 1,69 million de yuans (207.000 euros)
Quand il s’agit des turpitudes du marigot politique, la presse adore monter à la « une » les affaires de pots-de-vin. Pourtant, quand Glaxo SmithKline (GSK) fait l’objet, en Italie, d’une gigantesque enquête de police, concernant 2 900 médecins, c’est un silence médiatique quasi absolu : à l’exception du British Medical Journal (BMJ) et du Guardian de Londres (13 février 2003), on ne trouve à peu près rien sur cette énorme affaire. Et pourtant, 37 employés de GSK Italie et 35 médecins ont été inculpés pour « corruption » ; 80 visiteurs médicaux accusés de versements illégaux à des médecins pour qu’ils prescrivent les produits de cette firme plutôt que leurs équivalents génériques. Au cours de son enquête
liens financiers qui placent toujours les psychiatres en tête des médecins les plus payés pour faire marcher le commerce »… « En deuxième position des plus corrompus arrivent les médecins spécialisés dans le traitement des affections cardio-vasculaires. Deux d’entre eux se distinguent pour avoir reçu la coquette somme de 312.000 dollars
Aux enquêteurs chinois, Abbas Hussein, directeur international pour l’Europe et l’Asie chez GSK, a déclaré en ce début de semaine reconnaître la responsabilité de son entreprise dans une corruption massive de personnels hospitaliers, afin qu’ils prescrivent en priorité ses onéreux médicaments
Le 19 décembre 2011, Le Figaro avait révélé que Jean-Michel Alexandre avait touché 1,2 million d’euros de la part de Servier entre 2001 et 2009. Les inspecteurs de l’Igas n’ont trouvé à cet expert émérite de biologie aucune circonstance atténuante. Les gendarmes chargés de l’enquête ont passé au crible des documents qui concernent la société Cris, une entreprise de conseil écran, financée à 25 % par Servier, le reste venant de Sanofi ou Takeda par le truchement de ses filiales allemandes. Elle a été créée par Marlène May Garnier, une ancienne salariée de Servier, recrutée par le laboratoire en 1977, et qui est également convoquée par la Justice dans le cadre du volet « tromperie et prise illégale d’intérêts » du dossier. En effet, comme Cris était une société de conseil, elle a contourné l’interdiction en toute connaissance de cause, avec la complicité des autres accusés.!
Pourquoi est-il alors que la plupart des médecins acceptent volontiers la commandites de compagnies pharmaceutiques qui ont gagné une grande partie de leur argent illégalement tout en étant pleinement conscients que leurs activités criminelles ont tué des milliers de patients
… La rémunération annuelle moyenne pour les dirigeants de centres médicaux universitaires aux États-Unis quand ils siègent aux conseils de sociétés pharmaceutiques d’administration est énorme : $ 312 564.
Pfizer a corrompu des médecins à grande échelle pour qu’ils prescrivent n’importe quoi Un ancien délégué médical, John Kopchinski, sort vainqueur de 6 années de procédures judiciaires contre son ancien employeur, le géant pharmaceutique mondial Pfizer. Via des commissions occultes, la firme encourageait des centaines de médecins à prescrire des médicaments surdosés ou à contre-emploi.
Les laboratoires pharmaceutiques seraient très très généreux avec nos chers médecins ! Entre janvier 2012 et juin 2014, ils auraient ainsi versé par moins de 236 millions d’euros en cadeaux et autres petits avantages (repas, frais hôteliers, voyages, etc.) aux professionnels de santé, du chirurgien au généraliste, en passant par le pharmacien et la sage-femme. Largement de quoi se payer le dernier modèle de l’Airbus A350 !
Pour mettre au jour un tel micmac, l’association Regards Citoyens a compilé depuis 2 ans et demi les données publiées par l’ordre des médecins, des pharmaciens, des dentistes, des infirmiers et des sages-femmes, mais aussi par le ministère de la Santé. Au total, ce sont ainsi plus de 400.000 professionnels qui se feraient arroser par le lobby pharmaceutique. « Il faut ajouter les internes, le personnel administratif dans les hôpitaux et les cliniques, les associations de praticiens et parfois même les associations de malades, qui ne sont pas insensibles aux présents des labos, mais n’apparaissent pas dans les statistiques officielles », précise Tangui Morlier, l’un des auteurs de ce travail de fourmi, aussi consultant en informatique.
Après nos révélations sur les liens cachés entre des présidents et des vice-présidents de commissions qui autorisent la vente de médicaments, déterminent leur remboursement et leur prix, Mediapart a appris qu’un autre ancien vice-président de la commission de la transparence a été mis en examen dans le cadre de l’affaire du Mediator, notamment pour « prise illégale d’intérêts »
Pour en finir avec les conflits d’intérêts dans la santé Pour réaliser 10 milliards d’euros d’économies par an en révisant la politique du médicament AIDEZ-NOUS A FAIRE PRESSION SUR LE MINISTERE DE LA SANTE.
Il y a un autre aspect de la fraude à très large échelle au sein de la quasi totalité d’industries pharmaceutiques, corruptrices jusqu’à la moelle. Cette industrie ne se contente pas seulement de corrompre des ministres, ou des personnes des instances européenne du médicament, elle ne se contente pas seulement de soudoyer des présidents d’ordre de médecin, elle ne se contente pas de faire des tests sur des orphelins pour qu’aucun parent ne crie au scandale. C’est tout au long de la chaîne que la moisissure morale, l’état mental mafieux qui fait de cette industrie une usine pire que les cheminées des camps de concentration, car cette industrie tue un gigantesque paquet de monde par toutes ses fraudes.. et la pile de cadavres est bien supérieure au camps de la mort, même si cela vous semble impossible.
Par exemple les essais de médicaments biaisés, trafiqués, truqués sont légions, ceci semble pas du tout connu par l’ensemble de la population qui continue à faire des dons pour des tas de recherches médicales “dites” scientifiques pour les rassurer mais mieux les plumer; ce qui semble de plus en plus scientifique: c’est l’opérandi mafieux de cette l’industrie, et là il est temps de dire stop.
Eli Lilly divulegue maintenant les paiements aux médecins dans son «registre de la faculté.«  Malgré une limite individuelle de 75 000 $, les paiements de Lilly aux médecins pour le premier trimestre de 2009 ont totalisé 22 millions $.
244 millions d’euros : c’est ce qu’ont dépensé les laboratoires pharmaceutiques en cadeaux, voyages, repas et nuits d’hôtels pour les professionnels de santé français – médecins en tête – entre janvier 2012 et juin 2014. Ces liens troublants entre fabricants de médicaments et prescripteurs ont été révélés par l’association Regards citoyens, qui a collecté pendant près de deux ans les données publiées sur les sites des Ordres de médecins et sur celui du ministère de la Santé.
«Les médecins sont manipulés par nous, et nous par les labos»

Charles Caulin est aujourd’hui mis en examen pour participation illégale d’un fonctionnaire dans une entreprise précédemment contrôlée ; Jean-Roger Claude, Michel Detilleux et Bernard Rouveix pour prise illégale d’intérêts. Et May Garnier pour complicité de ce délit.Un autre consultant de Servier mis en examen est le professeur Jean-Michel Alexandre, personnage clé du système du médicament de 1985 à 2000. Il a présidé la commission d’AMM de 1985 à 1993, puis a dirigé la commission d’évaluation de l’agence du médicament de 1993 à 2000, tout en exerçant la même responsabilité au niveau de l’agence européenne.Auditionné en 2011, par la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le Mediator, Jean-Michel Alexandre avait déclaré d’emblée qu’il n’avait jamais « touché le moindre émolument de l’industrie pharmaceutique » pendant qu’il exerçait ses fonctions à l’Agence du médicament. Mais après avoir pris sa retraite, il a perçu entre 2001 et 2009 un total de 1 163 188 € versés par le groupe Servier à la société CRIS, déjà citée, qui a joué le rôle d’intermédiaire. Il semble que ce circuit indirect ait été choisi parce que du fait de ses fonctions antérieures, Alexandre ne pouvait pas travailler pour une firme pharmaceutique. Entendu par les magistrats, Jean-Michel Alexandre a affirmé que la teneur de ses conseils était « scientifique » et n’avait « rien à voir avec (son) activité à l’Afssaps ». Cela ne concorde pas avec les relevés d’honoraires qu’il a adressés à May Garnier. Un relevé daté d’avril 2002 fait état de plusieurs réunions de travail, dont deux avec Alain Le Ridant, dirigeant de Servier qu’Alexandre connaît de longue date. Au programme d’une de ces réunions : « Amélioration du dossier d’AMM de Vastarel, destiné à l’Allemagne ». Une autre réunion mentionne, toujours à propos de Vastarel, « communication de résumé du dossier d’AMM, note technique et note économique ». La facture se monte, pour cinq réunions, à 38 112 € hors taxes.Une autre facture, datée du 20 octobre 2008, évoque les cas d’effets indésirables dus au Protelos et les réponses données au Comité européen des médicaments à propos du Valdoxan, et deux autres produits. Montant pour cinq réunions : 35 000 €. Dans d’autres cas, la facture indique simplement « Préparation et tenue de réunions avec M. Alain Le Ridant et Mme Garnier ».
//embedftv-a.akamaihd.net/c33248ac441bf10bf8aff6357d9031cb
Cash investigation. Le Pr Danchin, un cardiologue sous influence ?


Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s